Dénia.com
Rechercher

Le TSJ rejette l'appel du PP à l'exigence linguistique du conseil municipal de Dénia

23 juin 2022 - 13: 33

L'utilisation controversée de l'exigence linguistique dans le processus de sélection des employés publics à Dénia n'a finalement abouti à rien. C'est ce qu'a décidé la Cour supérieure de justice en rejetant l'appel interjeté par le PP en 2019.

Lors de la session plénière ordinaire du conseil municipal de Dénia en août 2019, l'exigence de la langue valencienne parmi les fonctionnaires du consistoire a été approuvée à la majorité. Une mesure qui n'a pas plu à une partie de l'opposition. En réalité, María Mut et José Antonio Cristobal, conseillers du groupe municipal PP, ont décidé de porter l'accord en justice, mais il a été rejeté en avril de l'année dernière par le Tribunal contentieux administratif.

Cependant, ils ont décidé de faire appel de la sentence, la portant devant le TSJ. Cependant, la Haute Cour a de nouveau rejeté l'appel. De plus, ils imposent aux élus le coût de la démarche.

Pour le conseiller aux ressources humaines, Paco Roselló, "Il est très clair que la décision de l'équipe gouvernementale de garantir que les citoyens puissent être correctement servis en valencien au conseil municipal de Dénia est totalement légale."

Pour sa part, le conseiller pour la normalisation linguistique, Òscar Mengual, a déploré que le PP continue de poursuivre des questions qui "ne posent aucun problème aux citoyens et qui sont clairement légiférées par des institutions supra-municipales". Mengual a également montré son mécontentement que «le Dénia PP utilise la langue des Valenciens et des Valenciens pour diviser la société alors qu'ils ont l'obligation de la promouvoir et de la défendre, du respect mutuel et de la normalité d'utilisation des langues co-officielles dans la Communauté valencienne ».

Bien sûr, la sentence n'est pas définitive, puisqu'ils pourraient encore faire appel à la Cour suprême s'ils le présentent dans les 30 prochains jours.

Commentaires 5
  1. Francisco Javier Alajarin Ferrandez dit:

    Le combat des langues nous conduira à des conflits où nous perdrons tous.
    Que les employés publics parlent le valencien est très bien, mais qu'ils ne parlent que le valencien aux citoyens est quelque chose qui sort du bon sens, ce n'est pas rendre un service public. Cela nous est arrivé plusieurs fois dans les activités culturelles de la mairie.
    Je m'engage à recueillir des signatures d'Espagnols et d'étrangers afin que la mairie recommande ses employés et ses contrats afin qu'aucun administrateur ne soit discriminé pour ne pas parler valencien. Nous voulons supprimer l'expression « je ne suis pas traducteur ».

  2. Omniway dit:

    Je suis tout à fait d'accord avec le droit des citoyens d'être servis dans leur langue.
    Qu'il y ait une préférence dans l'embauche de personnes qui, en plus du français et de l'anglais, parlent le valencien, est plus que logique. Mais à Denia, le valencien et l'espagnol ne suffisent pas.
    Tous les citoyens de Denia savent parler espagnol, mais pas l'inverse.
    Une chose est ce que disent les lois et une autre est la gentillesse et le bon sens.
    Je ne suis pas d'accord que les fonctionnaires s'adressent aux étrangers en valencien de manière arrogante et méchante. Ni à celles du reste de l'Espagne. Mais lors du choix de nouveaux employés pour servir le public, il est logique que des personnes qui, en plus du français et de l'anglais, parlent le valencien soient de préférence embauchées.
    Les bouchons et tout ça se sont produits tout au long de l'histoire, mais c'est un autre problème qui, je pense, avec les nouvelles règles pour obtenir un emploi public, cela ne se produira pas aussi clairement.

  3. César Pino Dominguez dit:

    NE PAS RETOURNER DANS LE TEMPS. DÉJÀ MERCI À TOUS LES ESPAGNOLS ; IL N'Y A PLUS DE VILLAGES SANS LUMIÈRE, LES PROGRÈS RÉALISÉS APRÈS UNE GUERRE FRATICIDE NE PEUVENT PAS ÊTRE JETÉS PAR-DESSUS BORD..
    LA PROSPÉRITÉ N'EST PAS DANS LA RECHERCHE DES DIFFÉRENCES ABSURDES, QUI AUSSI, COMME C'EST NOTOIRE, N'ONT D'AUTRE BUT QUE LA POLITIQUE DE PLACER ET DE PROTÉGER LES MÉDIOCRITÉS DU PARTI.
    UN ESPAGNOL BON ET BIEN PARLÉ RENDRA LE QUOTIDIEN PLUS INTERNATIONAL.
    DENIA, QUI NE VIT DÉJÀ QUE DU TOURISME, NE PEUT PAS PRÉTENDRE D'ÊTRE COMPRISE QUE PAR LES CAMPAGNES.
    POUR VENIR NOUS VIVRE, LE TOURISTE ÉTUDIE LA LANGUE ESPAGNOLE, QUI EST PAR EXCELLENCE "EL CASTELLANO".
    JE PENSE QUE VOUS LE COMPRENEZ. PAS BESOIN DE PORTER. A DIANES AURA LES MÊMES OPPORTUNITÉS QUE TOUTE PERSONNE NÉE DANS UNE AUTRE PROVINCE POUR TRAVAILLER À LA MAIRIE, PAR EXEMPLE, À L'EXCEPTION DE MADRID, QUI EST NOTRE CAPITA, ZAMORA, BADAJOZ, JAEN SALAMANCA LOGROÑO .etc.etc. .
    MAINTENANT ILS APPELENT CETTE PROGRESSIVITÉ !….Beeendito
    Bonjour.

  4. Juan Perez dit:

    Totalement d'accord. Même moi, je demanderais : savez-vous parler espagnol ?

  5. Luis dit:

    Mais si la seule exigence est de se brancher comme s'ils ne voulaient pas parler. Peu importe de quoi ils parlent, études ou expérience. La plupart n'ont ni études ni expérience comme s'ils étaient muets. Ils se branchent les uns sur les autres et point final. Maintenant, ils demandent des exigences hahahaha


37.861
4.435
12.913
2.450