Dénia.com
Rechercher

L'avis du CEDMA: "Soutenir, consolider, investir"

05 de février de 2021 - 11: 10

De l' Cercle d'affaires Marina Alta Nous comprenons qu’il n’existe pas de manuel d’instructions pour les pandémies, mais les dirigeants politiques doivent également comprendre qu’il est néfaste d’adopter des réglementations qui ne sont pas réalistes et que tout ce qu’ils font est de diaboliser et de sombrer dans des secteurs sûrs.

Se laisser emporter exclusivement par la peur ou la pression sociale conduit à prendre des décisions qui semblent malheureusement plus fondées sur l'image publique, sur la volonté de donner l'impression de «faire quelque chose», que sur la rationalité.

Dans le cas de l'hôtellerie en particulier, si les chiffres -qui sont objectifs- la marquent comme une activité sûre, avec des taux de contagion bien inférieurs à toute autre activité, pourquoi insistent-ils pour conduire à la ruine d'un secteur qui emploie des milliers de personnes en la Marina Alta? Il y a des milliers de familles qui sont à court de ressources et d'avenir, car malheureusement, il y aura des bars et des restaurants qui resteront à l'écart et ne pourront rouvrir. Jamais.

En affectant ce secteur, en outre, de nombreux autres dans notre région sont gravement lésés. Activités agricoles, halieutiques et agroalimentaires, telles que la viticulture; distribution, commerce, services…. Qu'elles soient ou non directement liées à l'industrie hôtelière, étant donné que ceux qui en vivent n'ont plus le pouvoir d'achat pour les soutenir.

Pour cette raison, du CEDMA, nous soutenons et participons à la manifestation pacifique menée par les professionnels de l'hôtellerie organisée par l'AEHTMA, ARX et AHTM, le jeudi 28 janvier dernier, et nous adhérons à toutes les affirmations qui ont été faites depuis Le secteur. Nous ne pouvons pas non plus dire que nous avons été surpris par la prolongation de 15 jours de la fermeture forcée décrétée. Nous soupçonnons cependant que l’administration envisageait déjà de clôturer un mois ou même plus depuis le début, nous exigeons donc qu’elle soit plus claire à cet égard, en particulier après les déclarations faites par le président Ximo Puig cette semaine.

D'un autre côté, l'aide qui est offerte, et ce n'est pas la première que nous disons, ne répond pas aux besoins des indépendants et des entreprises. La plupart sont des financements ou des subventions, alors qu'il faut une aide directe et une flexibilité des procédures administratives pour y parvenir.

Par exemple, en décembre, le conseil municipal de Dénia a accordé 106.017,14 97 euros d'aide à un total de 41,2 travailleurs indépendants et PME. 44,5% des demandeurs ont été exclus de cette aide et 191.250% du total budgété, qui s'élevait à 97 XNUMX euros, sont restés non alloués. Peut-être que XNUMX pigistes et PME seulement ont été suffisamment «touchés» pour accéder à l'aide? Non. Ce sont les obstacles administratifs qui ont empêché un plus grand nombre d’y accéder, de sorte que la société étant appelée à faire de plus en plus d’efforts, les administrations devraient également faire un effort sérieux et réaliste pour faire face à la situation actuelle.

Il n'est pas acceptable que tel ou tel décret-loi soit utilisé pour se cacher derrière lui. En 2020, des milliers de décrets, ordonnances et amendements ont été publiés qui limitaient les droits constitutionnels de tous les citoyens. De même, les décrets et les lois peuvent être publiés et modifiés pour réduire les obstacles bureaucratiques. Ou bien suivre l'exemple du récent décret 17/2021, dans lequel l'article 3 dispense les bénéficiaires (de l'aide) de l'obligation d'être à jour de leurs obligations fiscales et de la sécurité sociale.

C'est une question de volonté et de budget. Parce que l'aide qui est arrivée a également été très rare. Des gouttes d'eau au milieu d'un désert.

Au début de la pandémie, beaucoup ont choisi de profiter d'un crédit ICO ou FIV avec confiance dans ce que les autorités ont dit. Ces crédits, maintenant que l'activité n'est pas autorisée, pèsent comme des dalles. Dans de nombreux cas, il n'y a plus de quoi payer pour eux car ils s'ajoutent aux dépenses supportées par les indépendants et les entreprises encore enregistrées.

Il est temps de parier gros sur notre avenir. Et à court terme, il faut le faire sur trois fronts:

  • Santé: des efforts supplémentaires sont nécessaires pour accélérer la vaccination de l'ensemble de la société ou d'au moins un pourcentage suffisamment élevé pour faire baisser la pression sur nos hôpitaux.
  • Recherche: un budget plus important est nécessaire pour le développement de médicaments pour lutter contre la maladie - pas seulement les vaccins - et donc permettre un retour à la normale le plus rapidement possible.
  • Entreprise: une aide plus réelle, directe et agile est nécessaire, destinée notamment aux secteurs les plus touchés par cette crise, comme l'hôtellerie, sans négliger les autres qui souffrent également, comme le commerce de détail.

A moyen et long terme, il faut également miser sur des secteurs qui permettent la stabilité économique, comme le secteur industriel. Il est vrai que l'administration fait des efforts pour numériser notre tissu économique, mais si tous les efforts sont exclusivement concentrés sur cela, nous pourrions trouver des taux de chômage très élevés sans autre solution que des cours subventionnés de faible ampleur. Nous l'avons déjà expérimenté.

Commentaire 1
  1. Carles Gual dit:

    Tout support pour le secteur hôtelier. Mais combien de personnes ont-elles travaillé avec des salaires inférieurs aux conditions légales ou sans conditions assurées? Cela devrait être contrôlé pour apporter une aide.


36.636
4.273
10.968
2.120