Dénia.com
Rechercher

Vicent Grimalt: "Si nous nous comportons bien, les gens continueront d'infecter les gens mais nous n'aurons pas à nous enfermer"

11 Septembre 2020 - 07: 31

Le coronavirus a frappé toutes les personnes et familles du monde entier, quel que soit leur lieu de résidence. À Dénia, il n'y a pas d'exception, où nous avons dû vivre des confinements, des infections, des hospitalisations et, très malheureusement, des décès.

Et non seulement le COVID a attaqué notre santé, mais il a également traîné l'économie, les entreprises et le mode de vie des gens. De plus, il y a une grande confusion face à quelque chose que nous ne savions pas et dont personne n'a mis en garde.

Aujourd'hui encore, un grand nombre de questions restent à résoudre sur la manière d'agir et sur ce qui se passe et va se passer autour de nous. Par conséquent, le maire de Dénia, Vicent Grimalt, nous a accordé une interview pour faire la lumière sur la confusion et pour nous dire comment le maire d'une municipalité vit quelque chose qui attaque une planète entière.

QUESTION. J'imagine que c'est l'exercice le plus difficile depuis que vous avez commencé à vous consacrer à la politique. Comment évaluez-vous la performance du conseil municipal à ce jour pendant la crise sanitaire?

RÉPONSE De toute évidence, cela a été l'année la plus difficile que nous ayons connue depuis que je suis devenu politicien, et je pense qu'il a fallu longtemps avant de devenir politicien. Une situation comme celle-ci ne s'était jamais produite.

En supposant que personne, personne, n'était prêt à affronter une situation comme celle-ci, évidemment au début vous êtes très désorienté. Parce qu'il faut faire ce que le gouvernement central ou le ministère dit, le conseil municipal n'était pas préparé au niveau technique et informatique à travailler à domicile, les mesures sont si nouvelles et surprenantes que il faut beaucoup pour s'adapter... Mais bon, au final tout le monde travaille de longues heures, non seulement les politiciens mais aussi les techniciens et les élus municipaux, nous nous sommes rapidement mis au travail et en quelques semaines, nous travaillions presque normalement.

Ce qui se passe, c'est que c'est une situation tellement complexe, et avec tant d'effets secondaires, qu'elle n'est pas facile à gérer.

P. Outre la question du travail à domicile, quel a été selon vous le moment le plus difficile pour la gestion municipale de l'état d'alarme et de la nouvelle normalité?

R. Ce sont des moments différents. D'une part, quand ils vous disent qu'une personne que vous aimiez ou connaissiez est décédée à cause du COVID. Par contre, quand on se rend compte des répercussions socio-économiques que cette situation entraîne, avec tant de familles qui passent un mauvais moment et que l'on sait que pendant de nombreux mois elles passeront un mauvais moment.

Vous faites face à cette situation quand vous venez "d'être sorti", entre guillemets, de la crise de 2008, que la reprise commençait à se faire sentir et que nous étions revenus à la stabilité, et du coup ils vous ont frappé avec un hôte comme celui-ci et vous étiez totalement égaré.

P. Bien sûr, car ce n'était pas prévu.

R. Personne ne s'y attend. Nous ne sommes pas les premiers dans l'univers. "Nous sommes le premier monde. Que se passe-t-il en Afrique ou dans certains pays asiatiques ... D'accord, eh bien. Mais nous? Ne sommes-nous pas les plus cool?" Et bien non.

En fin de compte, vous réalisez que nous sommes tous pareils et qu'un virus comme celui-ci ne différencie pas un premier monde, un deuxième, un troisième ou un quatrième. Cela affecte tout le monde de la même manière et nous sommes tout aussi faibles face à un monde, que nous sommes ceux qui chargent l'environnement et la nature. Ici, la manipulation est effectuée par l'être humain et non par aucune autre espèce animale.

P. L'une des choses qui m'ont surpris, c'est la quantité d'explications qui sont demandées aux dirigeants, même aux villes, quand c'est quelque chose qui a frappé dans tous les coins en même temps. Mais bien sûr, il y a beaucoup de tension, j'imagine.

R. Il y a beaucoup de tension parce que les gens ont été pris comme ils l'ont été. Dans le monde festif, par exemple, ce n'est pas que cela affecte uniquement ceux qui vont à la fête, mais que cela touche ceux qui fabriquent des costumes maures, des groupes de musique ou ceux qui tirent des fusées. Cela entraîne tout vers le bas.

Aussi, au niveau du travail, évidemment lorsque des entreprises ferment ou des entreprises ferment, vous dites: "et à la fin du mois, que vais-je faire?" Peu importe le montant de l'aide reçue. Mais ce n'est pas quelque chose que le gouvernement central, qui est celui qui avait le bâton de direction et de donner les instructions, a fait mieux ou pire.

Face à une situation comme celle-ci à laquelle personne ne s'attend, que personne n'a dans son scénario de ce qui peut arriver, n'importe quel pays d'Europe, dans ce cas, réagit de la même manière. Il a commencé à frapper très fort en Italie, puis cela nous est venu. Personne ici n'a été sans problème sérieux.

"C'est une situation tellement complexe et extraordinaire que nous avons dû y faire face ensemble"

Et en plus de ça quand ils sortent sans cervelle comme le premier ministre du Royaume-Uni qui vous dit: "Je suis plus cool que quiconque et ça ne m'arrivera pas." Ou celle des États-Unis, une autre stupide, ou celle du Brésil, car cela monte déjà dans les airs. Mais à l'intérieur des mêmes paramètres en termes de dirigeants et de pays, les effets ont été plus ou moins les mêmes.

Q. Nous avons remarqué peu d'activité politique ces mois-ci. Considérez-vous qu'il y a eu une bonne synergie entre les équipes du gouvernement et de l'opposition pour aider à gérer la situation?

R. Oui, nous devons reconnaître, et c'est vrai, que depuis le 14 mars, nous avons tenu de nombreuses réunions avec les porte-parole des différents groupes politiques où l'équipe gouvernementale a essayé, et je pense que nous avons réussi, de donner toutes les informations dont nous disposions et essayer de parvenir à un consensus sur toutes les mesures qui ont été prises, notamment l'aide financière, avec tous les porte-parole et l'entreprise. Parce que nous pensons que c'est une situation tellement complexe et extraordinaire que nous avons dû y faire face ensemble.

Quand vous parlez de santé, je ne pense pas que ce soit une question de politique de santé. Sinon, vous avez l'exemple de ce qui se passe à Madrid avec cette fille qui est présidente, qui chaque fois qu'elle ouvre la bouche, le pain monte. Je pense qu'ici, nous devons tous aller de pair pour trouver des solutions pour aider les gens.

P. Revenant à la question de la tension qui est perceptible dans la rue, également à Dénia. Vous sentez-vous soutenu par les voisins?

R. Nous nous sentons soutenus par la grande majorité des voisins. Il est également vrai qu'il y a toujours un pourcentage de voisins qui, comme ils sont contre tout, parce qu'ils ne se soucient toujours pas de savoir que le soleil se lève à travers la mer et se cache sur les montagnes. Ils en discuteront même, non?

Il y a toujours un secteur de personnes qui sont contre ce que vous faites. Mais je suis convaincu que la grande majorité des habitants de Dénia ... Ce n'est pas une question d'évaluation, mais qu'ils ont accepté les mesures car il n'y avait pas d'autre solution.

P. L'une des questions les plus délicates, qui a reçu à la fois des critiques et des éloges, a été la politique de sauvegarde de l'été et du tourisme en étant plus permissive en termes de restrictions. De nombreux hommes d'affaires ont cependant assuré que cet été a été un bon été dans toutes les limites. Tu es d'accord?

R. Nous n'avons pas les données des boîtes fabriquées par un établissement. Nous avons des données sur la consommation d'eau ou les tonnes d'ordures collectées. A ce niveau, il est vrai que Cela a été très similaire à l'été 2019. Et d'après ce que certains entrepreneurs nous disent, les gens ont peut-être consommé plus qu'à l'été 2019.

"On ne peut pas dire que ça ne vient pas au propriétaire d'un appartement"

En outre, la majorité a été le tourisme national. Cela pour une chose.

Que nous leur avons permis de venir? Voyons voir, dès que l'état d'alarme s'est déclenché, on ne peut pas dire qu'il ne vient pas au propriétaire d'un appartement. Lorsque la mobilité entre les provinces est autorisée, les gens viennent chercher leur deuxième résidence et nous ne pouvons pas les empêcher de venir.

Ensuite, d'autres personnes sont venues qui ont plus apprécié passer leurs vacances dans un appartement ou dans un chalet individuel que dans un hôtel. Ce sont les gens qui sont venus.

Qu'est-ce qui a augmenté le nombre d'infections? Eh bien, c'était à prévoir. Mais ce n'est pas qu'il a augmenté ici, c'est qu'il a augmenté dans toute l'Espagne, qu'ils aient du tourisme ou non. Parce que nous, de la Méditerranée, sommes ce que nous sommes, et nous aimons vraiment sortir, nous déplacer, nous réunir, célébrer les choses… Et c'est ce qui nous a conduit à cette situation.

La fameuse deuxième vague qu'ils nous ont annoncée et c'est tout. Nous avons compris.

P. Il est difficile de penser que les dernières données sur l'infection pour la dernière quinzaine d'août ne sont pas liées à l'occupation qui s'est produite. Aurait-on pu faire plus à Dénia pour éviter la situation? Par exemple dans xàbia étaient plus restrictives au début avec les jauges de leur plages.

R. Xàbia, par rapport à Dénia, a un inconvénient et c'est qu'ils ont très peu de kilomètres de plage. Nous avons 20 ans. Je ne pense pas qu'il n'y ait pas eu une seule contagion du fait d'être sur la plage. Aux heures de plage! Parce qu'une autre chose est d'être la nuit en train de fabriquer une bouteille.

Ce que nous ne pouvons pas faire, c'est empêcher les gens de circuler, car nous ne décrétons pas les lois. On marque les jauges, elles ont été contrôlées, elles ont été respectées 90% du temps et c'est ce qu'il y a eu.

Je suis allé un peu à la plage, mais quand je suis parti, j'ai vu des gens Les MarinesElle était très distante et respectait les lignes tracées pour faire une chose ou une autre.

Les cas de contagions que nous avons, je dirais que, sinon 100%, 95% sont des gens de Dénia. Ce ne sont pas des étrangers qui ont été infectés et qui sont restés ici. Non, les infections viennent des gens d'ici. Et si nous retrouvions où ils sont allés et ce qu'ils ont fait, nous serions peut-être surpris par ces flambées qui se sont produites en groupe et sur des questions sociales.

Car au final, ce qui a posé le moins de problèmes, aussi parce qu'il était fermé à l'époque, c'est la vie nocturne. Toutes les flambées qui existent sont sociales, familiales et professionnelles. Par conséquent, il ne faut pas blâmer le tourisme qui est venu, loin de là.

P. Dans ce sens, de nombreuses fois des jeunes ont été identifiés comme également coupables. En revanche, dans la Communauté valencienne, le groupe des jeunes n'est pas celui qui enregistre le plus d'infections, mais correspond aux personnes entre 40 et 60 ans.

R. Il ne s’agit pas ici de rejeter la faute sur l’un ou l’autre. Ce qui est clair, c'est que les personnes qui ont été signalées pour fabriquer des bouteilles n'étaient pas des personnes de 60 ans. C'étaient des jeunes.

Mais il ne s'agit pas de le blâmer. Les gens ont été infectés par les réunions qu'ils tiennent. Et une personne de 40 ans est la même chose qu'une personne de 20 ans. Et si elles y ont été infectées, elles l'ont été de la même manière.

Il faut également tenir compte du fait que les jeunes, heureusement, sont plus asymptomatiques que les personnes âgées. Il se peut que ces personnes asymptomatiques aient été en famille ou ailleurs et qu’elles en aient infecté d’autres. Mais je ne pense pas que la question soit de trouver le coupable.

Le seul coupable est un bug appelé COVID et qui nous détruit sur le plan social, économique et sanitaire, ce qui est le plus important. Mais pas seulement à Dénia, ni dans la Communauté valencienne, ni en Espagne, mais dans le monde entier.

Ils ne dénoncent personne pour avoir 20 ans et être infecté. Ce qui est dénoncé, ce sont des personnes qui ne portent pas de masques ou même des personnes qui, sachant qu’elles ont été testées positives, descendent dans la rue. C'est ce que vous devez poursuivre. Mais le reste Il ne s'agit pas de rechercher des coupables ou dans des tranches d'âge ou dans quoi que ce soit. Mais il est vrai qu'en matière de santé, il affecte davantage une personne âgée qu'un jeune.

P. Quoi qu'il en soit, il y a plus d'infections, même si maintenant il semble que cela s'améliore légèrement, mais cela reste préoccupant. Êtes-vous en train de remanier des mesures plus restrictives à Dénia?

R. Nous n'avons pas la capacité d'envisager une mesure plus restrictive ou de la mettre en œuvre. Le ministère de la Santé et de la Justice est celui qui prend ces mesures. Nous ne pouvons que continuer à marteler tous les canaux et réseaux pour que les gens accomplissent ce qu'ils doivent accomplir.

"L'hôpital continue dans une situation assez stable"

Q. Je faisais référence à des mesures telles que celle qu'El Verger a entreprise en fermant les terrains de jeux, ou comme la vôtre en plein été, lorsque vous avez décidé d'annuler plusieurs événements culturels.

R. Nous avons annulé le cinéma Vora Mar et les défilés du groupe de musique ces deux semaines où le nombre d'infections a grimpé en flèche. Parce qu'il fallait prendre une sorte de mesure. Ce sont les seuls que nous ayons pris. Qu'ont-ils servi ou pas? Eh bien, nous ne savons pas, mais au moins vous avez empêché les gens de se concentrer sur le même point.

Q. Avez-vous parlé à Marina Salud y Salud Pública dernièrement? Que vous transfèrent-ils?

R. Nous parlons avec eux et avec les autres maires les vendredis à midi. La semaine dernière, on nous a transféré que cela semblait se stabiliser, mais cela ne voulait pas dire que le nombre d'infections diminuait. Ce que cela signifie, c'est qu'il ne continue pas d'augmenter de façon exponentielle comme il le faisait.

On nous a dit que cela tenait plus ou moins. Et que l'hôpital continue dans une situation tout à fait acceptable. C'est ce qu'ils nous disent.

P. Dénia, comme vous le dites, ne peut pas prendre de grandes mesures restrictives telles que le confinement. Mais pouvez-vous les proposer?

R. Non. Les données sont conservées par le ministère et celui qui devra prendre des mesures sera le ministère.

P. Mais avez-vous levé un verrouillage?

R. Non, nous n'avons aucun intérêt à proposer de telles mesures. Le seul intérêt que nous avons est que les gens se conforment à ce qu'ils doivent respecter et nous éviterons des situations comme le ministère qui pourraient éventuellement nous confiner.

Mais nous ne sommes pas si mal qu'il arrive à ce point, loin de là.

Q. Que vous dit le ministère de la situation à Dénia?

R. Ce qui nous émeut, c'est qu'il fut un temps où la situation était préoccupante et nous devons être très prudents et responsables.

Q. Mais ils n'ont pas envisagé la possibilité de nous enfermer?

R. S'ils y ont pensé, ils ne nous l'ont pas transféré. Quoi qu'il en soit, à Benigànim, ils enregistraient bien plus du double de l'incidence que nous au pire moment.

Q. Pensez-vous que si nous atteignions ce point, il serait aussi facile de confiner Dénia que Benigànim? Dénia ayant la connexion portuaire avec les îles Baléares ...

R. Je suppose que je ne sais pas. Je pense que les industries n'ont pas fermé à Benigànim. Ce qui est fermé, c'est la mobilité, les restaurants et les services.

Q. Si le ministère insinue qu'il veut fermer Dénia, soutiendriez-vous la mesure ou combattriez-vous des alternatives?

R. Sur les questions de santé, évidemment, je ne discute pas avec des gens qui en savent plus que moi.

P. Nous avons également vu qu'au cours des dernières semaines, de nombreux médias nationaux ont mis Dénia à l'honneur, venant nous comparer à Madrid. Pensez-vous que c'est justifié?

R. Les médias font le travail qu'ils doivent faire, c'est-à-dire avoir des nouvelles. Pour nous, tant qu'ils ne mentent pas, car tout le monde est très libre d'avoir les nouvelles.

Que souhaitez-vous ne pas supprimer? Eh bien oui, car cela touche les personnes qui veulent encore venir pendant le mois de septembre passer quelques jours ici. Mais je ne serai pas celui qui dira aux médias "ne faites pas sortir ça".

Dénia n'est pas l'une des pires villes d'Espagne, loin de là. Mais c'est un signe que les gens connaissent Dénia et se souviennent d'elle, sinon ils ne nous auraient pas fait sortir. D'une part, il est positif que Dénia soit sur une carte touristique et que les gens remarquent ce qui se passe dans cette ville.

P. Comme vous l'avez dit à un moment donné, la question économique a également beaucoup préoccupé pendant cette crise sanitaire. L'impact dans ce sens est-il calculé à Dénia de l'état d'alarme et de la nouvelle normalité?

R. Non, pas financièrement. Mais il y a une chose que je voudrais clarifier: ne ciblons pas et n'associons pas COVID au tourisme. En France, en Allemagne ou au Royaume-Uni, le nombre d'infections augmente également et ce ne sont pas des pays aussi touristiques.

Le bogue se comporte comme il se comporte et les répercussions sont celles-là.

Q. Plus tôt, vous avez dit que certains entrepreneurs vous avaient dit que les clients cet été avaient consommé plus. Pensez-vous que ce tourisme d'aujourd'hui, beaucoup plus national comme vous l'avez mentionné, est meilleur?

R. N'est pas différent. Ce qui se passe, c'est que des gens sont venus après avoir été enfermés chez eux pendant deux mois et demi et avec cette incertitude quant à ce qui se passera à partir de septembre et octobre. Vous êtes donc peut-être venu ici avec beaucoup plus de désir de vous amuser et de vous libérer. «S'ils vont m'enfermer en octobre, je ferai des bières que je ne pourrai plus faire plus tard.

P. Cela ne nous a pas non plus touché autant que, par exemple, Benidorm. Est-ce l'idée de continuer à parier sur ce tourisme?

R. C'est que nous ne pouvons pas avoir le modèle touristique de Benidorm. Benidorm a un tourisme hôtelier, très anglais et voyage Imserso. Comme nous n'avons pas beaucoup de chambres d'hôtel, nous ne pouvons pas offrir cette offre.

Je évidemment Je préfère le tourisme que nous avons à celui de Benidorm. Mais chacun est très libre de choisir son modèle et la manière dont les habitants de leurs villages vivent.

P. D'autre part, l'autre jour, nous avons appris que dans le plan structurel général, la création de deux grands hôtels autour du port était valorisée. Cela pourrait changer un peu le type de tourisme, non?

R. Voyons voir, non. Ce que nous avons toujours dit, c'est qu'il manque à Dénia un hôtel de catégorie supérieure, avec plus d'étoiles et un plus grand pour pouvoir, d'une manière ou d'une autre, désaisonner le tourisme.

Ici, les congrès, par exemple, ne peuvent pas avoir lieu parce que nous n'avons pas de places. Il est donc vrai que nous avons besoin de ce type d'infrastructure. Mais pas, loin de là, les modèles Benidorm ou Calp. Avec deux hôtels plus grands, je pense que nous serions plus que servis pendant de nombreuses années.

Q. Nous avons utilisé l'entrevue pour interroger les lecteurs sur leurs préoccupations. Les gens se préoccupent avant tout de la rentrée scolaire. C'est, en quelque sorte, un test décisif. Les garçons et les filles de Dénia vont-ils à l'école en toute sécurité?

R. Les garçons et les filles de Dénia seront en sécurité à l'école, tout comme ceux qui sont allés à une école d'été pendant l'été ou les enfants qui vont jouer dans le parc ou se réunir dans un autre endroit l'ont été.

Les écoles, le personnel enseignant, les équipes de direction et la mairie ont mis tout en œuvre pour en faire des espaces sûrs. Mais personne, personne, ne peut garantir que dans un centre, dans une classe, à un moment donné, il y aura contagion. En réalité, statistiquement, il y aura une contagion quelque part.

Mais nous pensons que dans les écoles et les gens font un gros effort pour en faire des espaces sûrs. "Assurance"! Pas "sans COVID".

"Ils ont dit que la deuxième vague aurait lieu en octobre et que c'était en août"

Q. S'il ne finit pas de fonctionner et qu'il est temps de rentrer chez vous, avez-vous quelque chose de préparé pour vous faciliter la tâche?

R. Ce que nous avions préparé à l'époque avec la Conselleria, le thème des tablettes, était axé sur le Secondaire, pas sur le Primaire. Maintenant, ce serait différent.

Comme cela va être? Ce sont des compétences du ministère et nous collaborerons à tout ce qui sera nécessaire. À l'époque, pour que tous les élèves du secondaire puissent avoir un outil, une tablette ou un ordinateur, la mairie a dû faire face à l'achat entre 35 et 40 car ceux qui ont envoyé le ministère n'ont pas atteint tous les élèves.

Si nous devions répéter, nous le referions. Évidemment oui.

P. Pour finir, que pensez-vous nous attend dans les mois à venir, espérons-le pas dans les années, à Dénia et à la Marina Alta?

R. Le même que prévu dans le reste de l'Europe. Pour le moment, beaucoup d'inquiétude et d'incertitude, car on ne sait pas ce qui va se passer. Au début, ils ont dit que la deuxième vague aurait lieu en octobre et en août.

J'espère que c'est fini. Que nous ayons un vaccin le plus tôt possible et que nous puissions faire le Échecs de 2021.

Q. Et s'il n'y a pas de vaccin, que pouvons-nous faire?

R. Tant qu'il n'y a pas de vaccin et qu'il n'y a pas de traitement efficace, il est temps de continuer avec toutes les mesures de sécurité qui nous marquent et c'est tout.

Q. Voulez-vous, pour finir, envoyer un message aux voisins de Dénia qui vivent cette situation étrange et difficile?

R. Ce que nous ne nous lassons jamais de répéter. C'est un problème de santé, ce n'est pas un problème d'effort ou d'argent. C'est un problème de santé qui entraîne tout le reste vers le bas.

Nous demandons seulement ce que nous avons demandé depuis le début: que les gens se conforment, qu'ils n'aient pas confiance. Qu'être plus courageux qu'un autre enlever le masque ne mène nulle part. Le cimetière regorge de héros. Par conséquent, ce que vous devez essayer, c'est que les gens se conforment et, si nous le faisons, nous sortirons d'abord de cette situation.

La santé est la chose la plus importante, mais nous savons déjà qu'elle freine l'économie. Nous avons déjà vu ce qui s'est passé en mars, avril et mai lorsque tout était fermé. Quand les files d'attente pour la soupe populaire ou les services sociaux étaient très longues. C'est pourquoi nous devons essayer de faire en sorte que les gens ne souffrent pas et n'aient pas besoin d'aller chercher de l'aide.

Une chose mène à une autre. Si nous nous comportons bien et que nous nous conformons, nous continuerons de nous inquiéter, les gens continueront d'être infectés, mais nous n'aurons pas à reculer et à revenir à des phases qui vous enferment.

Q. C'était l'idée de la nouvelle normalité.

R. Effectivement. C'est pour l'instant ça et vous devrez vous habituer à porter un masque. Et nous n'avons pas eu à rire des Japonais, des Coréens ou des Chinois qui, quand il est venu en vacances ici et que nous l'avons vu avec un masque, nous avons dit: "regardez celui-là, il a peur". Eh bien maintenant nous sommes tous. En fin de compte, le masque est une pièce de plus de vos vêtements et c'est tout.

Et la patience.

Commentaire 1
  1. Anonyme dit:

    S'il vous plaît, quelqu'un vous dit de désinfecter et nettoyer les rues qui sont dégoûtantes depuis mai…. Qu'ils nettoient le terrain du docteur Antonio Muñoz devant les numéros 2 et 4 qui est dégoûtant et qui n'a pas été nettoyé depuis plus de 2 ans. Laisse-le mettre les piles que la goutte froide viendra et on pleure après quelle honte de la ville


36.050
4.181
10.027
2.030
Nous utilisons nos propres cookies et ceux de tiers pour vous proposer des publicités personnalisées et collecter des données statistiques. Si vous continuez à naviguer, nous considérons que vous acceptez notre Politique de cookies.