Dénia.com
Rechercher

Quand la mer en dit assez: une année de gloire

20 de janvier de 2021 - 09: 44

Le 20 janvier 2020, Dénia s'est réveillée par les cheveux, car à partir de l'après-midi de la veille, le soleil a décidé de se cacher pour ne plus apparaître que quelques jours plus tard. Le jour susmentionné, un lundi, se levait, pour le moins, surtout sombre, et de nombreux points de Dénia arriveraient la nuit avec une image différente pour toujours.

Les agences météorologiques l'ont prévenu les jours précédents, nous pourrions être avant une tempête historique. Les écoles et de nombreux lieux publics ont annoncé dimanche qu'ils resteraient fermés pendant ce 20 janvier, car le risque de sortir dans la rue était déjà pressenti qu'il serait élevé.

La tempête a été baptisée Gloria et a forcé l'AEMET à activer l'alerte rouge alarmante dans notre région pour avertir que nous étions confrontés au niveau de risque le plus élevé possible. Quand nous nous réveillons les premières images sont arrivées, avec façades, murs, enseignes et lampadaires éparpillés sur le sol, détruire le mobilier urbain et les voitures en stationnement.

Les rafales de vent ont rendu presque impossible de marcher dans les rues ou de parier sur les deux-roues, et l'eau n'a pas aidé au moment de décider de voyager en voiture. Mais tout cela ne ressemblait en rien à ce qui était vécu dans la mer.

Les vagues ont atteint 8 mètres, rugissant sans relâche sur la côte de Dianense. Là se déroulait une bataille spéciale terre contre mer, avec une issue catastrophique pour la première. De la sécurité du sable, au cours des jours ensoleillés précédents, une grande défense avec des murs de posidonies a été préparée en plages comme Marineta Cassiana. C'était le premier lundi à tomber, et pas seulement, comme nous l'avons dit, sa plage, mais la tempête de mer a pris sa marche en avant, entrant dans les maisons et les locaux jusqu'à ce que son "rivage" se déplace sur la route même de Dénia à xàbia.

Après celui-ci aussi Le Trampolí s'est rendu et pratiquement le reste de Les Rotes dans son intégralité, quoi même sa barrière rocheuse naturelle ne pouvait résister à la vengeance de l'eau, laissant la route pleine de pierres amputées qui entravaient la circulation.

Mais si quelque part la bataille faisait des victimes, c'était sans aucun doute au nord de Dénia. Le Deveses souffert est revenu au combat et a perdu à nouveau. Cette fois, il n'y eut presque pas de résistance et la mer dévora complètement les terrasses de la première rangée de maisons, certaines les laissant complètement inutiles. Gloria a redessiné cette côte, nous laissant aujourd'hui un peu Deveses méconnaissables criant toujours à l'aide en attendant le nouvel assaut inévitable.

Commentaires 3
  1. Jose M dit:

    Ce qu'ils avaient à faire, c'est démolir toutes ces constructions qui ne respectent pas la loi et quiconque a construit en dehors ce qui est autorisé à la perdre et à s'accrocher. La côte appartient à tous les messieurs !!

  2. José Luis dit:

    Eh bien, malgré tout ce qui précède, ils nous ont infligés une amende, non pas pour avoir reconstruit les dégâts, non, car ils ne nous laisseront pas faire, mais pour avoir érigé une clôture pour délimiter le terrain et empêcher des étrangers d'entrer dans notre maison. Ce n'est pas juste. Ce sont donc les côtes. Et pendant qu'ils construisent de véritables barbaries. Merci beaucoup.

    • Espérer dit:

      Potser a tort, mais parfois la côte est occupée par cas sur des terres appartenant à Costes. Il n'est pas possible de payer, avec les imposteurs qui paient tous les citoyens, la régénération continue de la terre.
      Cordialement.


36.640
4.281
11.046
2.130