Dénia.com
Rechercher

Avis de la plateforme Obrim el Centre: "La fermeture de la rue Glorieta et Marqués de Campo à las bravas suppose la mort de tout le centre"

30 décembre 2020 - 12: 40

Jusqu'à deux occasions, la session plénière de Dénia a approuvé l'envoi au département du plan structurel général, un instrument d'urbanisme qui comprend, entre autres documents, un plan de mobilité très transparent par rapport au centre de Dénia: piétonisation, oui, mais progressif, par étapes et après la mise en place de différentes infrastructures qui sont très clairement incluses dans ledit plan.

Avec la fermeture actuelle de Glorieta et la Calle Marques de Campo, l'équipe gouvernementale affecte très négativement l'accessibilité de l'ensemble du centre et, en outre, elle ne se conforme pas au même document qu'elle a rédigé et approuvé deux fois en séance plénière de la ville.

De manière générale, la piétonisation envisagée dans ce Plan de Mobilité comprend la création de nouvelles places de parking, la réorganisation du trafic et la solution efficace de chargement et de déchargement, ainsi que l'accès aux habitations. En résumé: si vous souhaitez fermer la rue Marqués de Campo, vous devrez activer les mécanismes nécessaires et suffisants pour que le trafic dans le centre s'écoule d'une autre manière.

Ce n'est pas viable, et il ressort donc clairement du plan de mobilité lui-même approuvé par le conseil municipal de Dénia, que la rue est fermée sans planification préalable, organisation et exécution d'une série d'infrastructures qui sont maintenant inexistantes, car le centre a à peine changé en les dix dernières années.

À titre d'exemple d'action: en ce moment sur la rue Marqués de Campo, il y a la possibilité d'agrandir le parking Vía d'au moins une centaine de places supplémentaires, et cela sans perdre le projet d'aménagement paysager que vous souhaitez réaliser. l'équipe gouvernementale.

Fermer ainsi les rues Glorieta et Marqués de Campo, durement et contrairement à ce qui a été approuvé par le conseil municipal lui-même, suppose la mort de tout le centre. Ce ne sont pas seulement cette place et cette rue qui sont touchées. Il en va de même pour les rues environnantes: Magallanes (où se trouve le marché municipal) Colón, Diana, La Mar, Cándida Carbonell, dernière section Pare Pere, Ramón y Cajal, Cop, Plaça del Covent, etc.

Rectifier est sage. Pour cette raison, une fois de plus, nous demandons à l'équipe du gouvernement de Dénia d'ouvrir la rue Glorieta et Marqués de Campo à la circulation, comme cela a été fait ces dernières années, avec des périodes d'utilisation piéton exclusif avec d'autres dans lequel la circulation routière est autorisée et un accès facile aux maisons. Et qu'il s'ouvre ainsi jusqu'à ce que toutes les infrastructures nécessaires soient prêtes à pouvoir faire face, si à ce moment là c'est jugé opportun, une piétonisation.

Nous demandons, en bref, qu'ils se conforment au plan de mobilité qui, à deux reprises, a été approuvé en session plénière de Dénia et envoyé au département.

Commentaires 2
  1. Somme de l'ego dit:

    La plupart des habitants veulent que la Calle Marqués de Campo reste telle quelle. Ces voitures qui ne peuvent pas stationner et dont la circulation est coupée,
    toutes les rues environnantes vont s'effondrer, sans compter que ce sera la mort de nombreux magasins et à son tour la disparition de nombreux emplois. Ce qu'ils veulent, c'est que vous payiez le stationnement sur la route et que vous fassiez ainsi des affaires.
    Si vous voulez dépenser de l'argent pour traverser le trimestre, à Las Devesas il y a des rues en terre battue, à Montgo il y a des rues qui ont été asphaltées il y a plus de 40 ans et par exemple, près de Denia, la rue Fragata est la moitié de la terre et l'autre moitié est mal pavée, sans trottoir ni éclairage public. Mais ce conseil municipal ne se soucie que du centre urbain des autres Las Marinas, Las Rotas, Montgo, Las Devesas juste pour payer des impôts.
    Enregistrez et réduisez le déficit et ne faites pas de "conneries" inutiles.

  2. Xavi dit:

    Le gros problème avec les villes est que l'espace est limité. Il est déjà bon que les voitures utilisent presque tout l'espace disponible. Nous avons toujours 40 ans de retard dans tout. Aussi en piétonisation. Ensuite, lorsque la rue appartient à nouveau aux gens et non à la jonque, il semble peu plausible qu'il ait fallu si longtemps pour la récupérer.

    Certains veulent que le trafic revienne au centre de Denia et que le médecin vous reçoive en train de fumer à l'hôpital.


36.634
4.281
11.045
2.130