Dénia.com
Rechercher

Les hôteliers oubliés: les propriétaires de dianenses demandent à ce que l'octroi de permis de terrasse soit réactivé afin de lever leurs stores

Peut 29 de 2020 - 17: 00

Il reste peu de choses pour terminer la phase 1. Pendant trois semaines, Dénia a vécu la première étape de la désescalade qui a grandement soulagé les restrictions qui ont permis la réactivation économique, en partie, de nombreux entrepreneurs de l'hôtellerie.

Tout d'abord, il a été proposé que les terrasses s'ouvrent à 30%, ce qui a été discuté jusqu'à ce que la capacité soit portée à 50%. Cependant, il y a eu un grand nombre de cas dans la ville où les hôteliers ont pu entretenir 100% de leur terrasse, profitant de l'espace dont ils disposaient.

De plus, le conseil municipal a mis à disposition de nombreuses installations afin que ceux qui ont eu plus de difficultés à reprendre leur activité à l'étranger puissent s'adapter pour reprendre leur travail. L'un des cas les plus notoires, et celui dont ce médium faisait écho, était celui de La Vecchia Roma qui de 10 centimètres ne pouvait pas initialement installer ses tables avant qu'un projet alternatif ne soit finalement approuvé.

Maintenant, que dans le cas de ces locaux qui avaient déjà une terrasse, mais beaucoup d'autres avaient ouvert des demandes avant la pandémie d'installer des extérieurs dans leurs locaux mais ceux-ci étaient totalement paralysés par la situation. Selon les propriétaires concernés auxquels nous avons eu accès, loin de rationaliser les procédures ou, du moins, de continuer à travailler sur eux, depuis le consistoire ils ont été informés qu'en raison de la situation, ils ont insisté, ce travail était paralysé.

Certains de ces lieux ont de nouvelles zones piétonnes après avoir subi de longues périodes de travail et ils aspiraient, avec optimisme après avoir discuté avec des fonctionnaires, à dresser des tables et à lancer une offre à l'étranger. Ceci, bien sûr, pendant la désescalade est vital pour la survie de nombreuses entreprises qui n'ont pas pu être actives pendant près de 3 mois et qui, Phase 2Ceci est très limité à 40% dans les intérieurs qui n'ont parfois pas une dizaine de tables.

Mais la réponse était claire: tout est paralysé. Cette situation particulière avec laquelle le gouvernement local se protège pour excuser le ralentissement de ces projets est la même situation particulière pour laquelle les hôteliers ont indiqué que l'approbation des licences était plus que jamais nécessaire. "C'est le moment!", a exprimé l'un des hôteliers consultés et qui attend une résolution pour reprendre son activité lorsqu'il constate que ceux qui disposent déjà des terrasses agréées le font.

Leurs stores continuent d'être baissés lorsque de nouvelles licences continuent d'être délivrées dans le reste des villes. Selon cet homme d'affaires, à Valence, ils ont été accordés une centaine lors de la désescalade, Dénia étant l'une des rares municipalités à avoir arrêté le développement de permis de ce type.

Les hôteliers locaux dans cette situation sont donc impuissants et ne savent pas quand ils pourront rouvrir. Dans ce sens, Cedma aussi hier a exigé plus d'agilité et moins d'obstacles bureaucratiques aux municipalités pour pouvoir réactiver l'économie de la région. En attendant, c'est à eux d'attendre avec les aveugles baissés et leurs demandes sans réponse.

Laisser un commentaire

    36.330
    4.235
    10.456
    2.060
    Nous utilisons nos propres cookies et ceux de tiers pour vous proposer des publicités personnalisées et collecter des données statistiques. Si vous continuez à naviguer, nous considérons que vous acceptez notre Politique de cookies.