Dénia.com
Rechercher

La santé cite 16 gardes civils pour administrer le deuxième vaccin sans être un groupe prioritaire

18 de février de 2021 - 07: 55

Plusieurs agents de la Garde civile de la province d'Alicante, affectés à la garde des flacons du vaccin Pfizer lors de leur transfert en résidence, ont déjà été vaccinés malgré les ordres contradictoires de leurs supérieurs et du ministère de la Santé.

Si, au début de la semaine, il est apparu que une dizaine d'agents ont reçu ce traitement irrégulier avec la première doseOn sait désormais que le nombre de personnes impliquées s'élève à 16 vaccinés qui, par ailleurs, ont achevé le cycle de vaccination, acceptant également la deuxième dose en pleine crise en raison des démissions liées à ce type d'action.

La vaccination contre le coronavirus de Marina Alta reste un sujet de débat. Après les différentes polémiques des responsables politiques qui ont sauté le protocole pour recevoir la première dose, ainsi que des proches, on savait cette semaine qu'une dizaine d'agents de la Garde civile qui gardaient son transfert ont également été vaccinés. Cet événement irrégulier s'est produit dans un résidence pour personnes âgées xàbia le 30 décembre 2020, comme l'ont confirmé des sources sanitaires.

Cependant, comme ce média l'a appris du commandement de la garde civile, le nombre de personnes impliquées s'élève en fait à 16, destiné à différentes unités de la province d'Alicante. Aucun d'entre eux n'était un groupe prioritaire et ils coïncident tous en soulignant que c'était le personnel de santé eux-mêmes qui offrait cette dose étant donné qu'ils avaient déjà interrompu la chaîne du froid, de sorte que les restes seraient jetés.

La Garde civile admet que le nombre d'agents impliqués dans la vaccination irrégulière s'élève à 16

En vérifiant que cette offre était réitérée dans plusieurs résidences de la province, dont plusieurs dans la région, les agents en charge de la garde du vaccin ont informé leurs supérieurs, début janvier 2021, pour lesquels le chef général a rencontré le Ministère de la Santé et renvoyé l’affaire. Cela a été clarifié par Sanitat, indiquant que aucun garde civil ne pouvait être vacciné avant d'être convoqué pour cela par l'organe compétent, pour autant que le protocole l'exige.

Immédiatement, le 10 janvier 2021, le chef général a donné des instructions à toutes les unités subordonnées ordonnant qu'aucun membre du Corps n'accepte de telles offres. De plus, comme l'explique le Commandement, rien n'indique qu'après cet ordre, davantage d'agents aient reçu le vaccin.

Maintenant, après avoir contacté cette rédaction avec des sources de la Garde civile et de la zone de santé de Dénia, Comandancia a admis que la deuxième dose des 16 agents ayant reçu la première avait également été administrée. Cela s'est produit 3 semaines après la première dose, dans un contexte très différent.

Lorsqu'ils ont été appelés pour recevoir la deuxième dose, un climat de rejet de ces vaccinations irrégulières existait déjà dans les rues. Quelques jours auparavant, ils avaient censuré de leur propre parti les maires d'El Verger et d'Els Poblets pour avoir injecté la première dose. À tel point que le président Ximo Puig et la ministre Ana Barceló ont dû insister pour qu'il soit clair que seuls les toilettes de première ligne et les utilisateurs des maisons de retraite peuvent être vaccinés, interdisant l'administration de la deuxième dose à ceux qui avaient reçu la première de façon irrégulière.

Malgré tout cela, les responsables de la zone de santé de Dénia ont à nouveau convoqué individuellement les gardes civils pour recevoir la dernière dose.

Le 20 janvier, dans la même résidence de Xàbia où la vaccination irrégulière des premiers agents a été constatée, une nouvelle vaccination a été réalisée pour immuniser les habitants. À ce moment-là, le vaccin a été administré à l'un des agents, selon ce que cela signifie a appris, pour conclure la vaccination.

C'était dans une résidence à Pego où la deuxième dose a été administrée à l'agent de la garde civile le plus haut placé parmi les personnes impliquées, qui était en charge de l'opération de transfert de vaccins le 30 décembre de Dénia à la résidence de Xàbia. Cette garde civile, qui selon ce média a eu accès au travail à la caserne d'El Verger, a été administrée le 19 janvier, la veille. Cela n'a pas transcendé la raison pour laquelle il s'est rendu à ladite résidence ou qui a donné l'ordre, puisque le centre n'a pas voulu faire de déclarations. Il n'a été possible de savoir que l'aire de santé savait qu'il avait reçu l'immunité avec la deuxième dose après l'avoir contacté le 20 afin d'assister à la nouvelle vaccination et ainsi régler la vaccination. Dès réception de l'appel, il les a informés qu'il n'était pas nécessaire depuis la veille de sa remise à la résidence Pego susmentionnée.

Connaissant tous les événements susmentionnés, le commandement de la garde civile d'Alicante insiste sur le fait que, de la part des agents vaccinés, "A aucun moment il n'y a eu de préméditation ou d'acte malveillant".

Commentaires 2
  1. Francisco dit:

    Allez avec le lieutenant en chef de la caserne de Denia …… "VACCINATION A LA CARTE"

  2. Jose dit:

    Qui ne court pas ... c'est parce qu'il vole


36.629
4.279
11.039
2.120