Dénia.com
Rechercher

"Nous sommes dans une pandémie sanitaire qui peut nous conduire à une pandémie d'inégalités"

25 de février de 2021 - 13: 06

Le conseiller pour l'égalité de la ville de Dénia, Javier Scotto, a présenté ce matin quel sera l'agenda 8M cette année. Dans sa comparution, il a profité de l'occasion pour montrer son inquiétude pour la situation des femmes dans la crise sanitaire actuelle.

Ha non tais-toi sera le slogan du programme de la Journée de la femme de cette année, qui est accompagné d'une affiche créée par l'artiste Tardor avec laquelle elles cherchent à rendre visible l'inégalité des femmes dans la société.

Avec ce cri qui forme le Ha non tais-toi, le conseil veut "élever une égalité réelle et effective". Dans ce sens, Scotto a souligné que "Il est temps de revenir à ce combat pour l'égalité des droits des femmes", depuis toujours "le machisme persiste dans notre société".

Le conseiller attribue une grande partie de cette persistance à la situation sanitaire actuelle. "La pandémie efface des années de progrès et d'indépendance pour les femmes, revenant aux paramètres de l'écart salarial et d'accéder à un emploi", A indiqué Scotto, garantissant que l'exposition au coronavirus doit également être comprise dans une perspective de genre. "Nous sommes dans une pandémie sanitaire qui peut nous conduire à une pandémie d'inégalités", a mis en évidence.

Selon le maire, les femmes sont très présentes dans les emplois sociaux et de santé et dans d'autres secteurs qui nécessitent une plus grande exposition au COVID-19. En outre, il souligne qu'il assume une charge de travail plus importante, à laquelle s'ajoutent davantage de travaux ménagers, ainsi que des soins aux personnes âgées et malades.

Par conséquent, le conseil municipal a voulu profiter des 8 prochains millions "combattre le virus et aussi le risque d'inégalités", avec un programme qui met en évidence la faible présence dans leurs actes en raison de la situation sanitaire, la plupart d'entre eux étant développés en ligne via les réseaux sociaux.

Commentaires 2
  1. Marina dit:

    Que la situation actuelle favorise l'inégalité avec les femmes? MDR. Comment essayer d'adapter deux thèmes qui n'ont rien à voir avec cela pour bien paraître avec la galerie. Je suis une femme et l'accès au travail était déjà difficile avant la pandémie. Avec ou sans 8M de démonstrations inutiles. Ils rendent un mauvais service avec des postures et des attitudes discriminatoires comme celle-ci. Les universités regorgent de femmes et d'hommes en formation pour un marché du travail inexistant, pour des entreprises ancrées dans le passé et dans un pays incapable de valoriser la valeur ajoutée du travail professionnel. C'est ça le problème.

    • Omniway dit:

      Je suis tout à fait d’accord avec vous. Quelle posture. Il ne s'agit que de fouiller dans les misères pour nourrir la raison inexistante de maintenir des départements peu utiles. Quelle photo M. Scotto a prise.
      Les citoyens ne réalisent-ils pas vraiment les véritables intentions de ceux qui cherchent des ennuis là où il n'y en a pas?
      Ils ne sont rien d'autre que de justifier les conseils et les ministères qui doivent augmenter les dépenses et profiter de plus de gens et qui ne résolvent rien. Ils créent seulement plus de dépenses sociales au détriment de nos impôts qui sont de plus en plus élevés à cause de ces dirigeants qui dépensent de plus en plus.
      Ce que je ne suis pas d'accord avec vous, c'est qu'il semble que vous blâmez les entreprises «ancrées dans le passé» et un pays incapable de valoriser le travail professionnel.
      Ce travail professionnel n'est pas valorisé dans les administrations publiques, il est même pénalisé car aucun patron n'aime que ses subordonnés soient meilleurs qu'eux et si c'est le cas, ils s'en débarrassent (avec de l'argent public, bien sûr) Dans les entreprises privées bien sûr c'est valorisé et recherché. C'est la base des affaires.
      Et sur les entreprises ancrées dans le passé, .. Que si ça existe, ce ne sont pas des entreprises, ce sont de vieilles entreprises familiales ou des petits indépendants en voie d'extinction.
      Une véritable entreprise ne peut pas être ancrée dans le passé car la concurrence ne le permet pas. Ce qui se passe, c'est qu'avec les conditions dans lesquelles les lois obligent les entreprises à interagir avec les travailleurs, ce n'est pas qu'il soit très souhaitable en tant qu'employeur d'acquérir des engagements aussi élevés. Ça ne ressemble pas à ça. En plus du fait que diverses taxes et pressions rendent le tissu économique espagnol très difficile à maintenir.
      Nous sommes gouvernés par des gens qui, pour la plupart, n'ont jamais travaillé, ceux qui ont peu travaillé dans le secteur privé et bien sûr, presque aucun n'a eu d'entreprise.


36.935
4.284
11.245
2.150