Dénia.com
Rechercher

Entretien avec Marina Sanmartín

03 décembre 2010 - 00: 00

Il y a quatre ans, Marina Sanmartín a proposé à l'ETC de créer une troupe de théâtre pour handicapés au sein de l'école. L’initiative a été réalisée avec un très bon accueil et depuis lors, elle est son enseignante. À l'heure actuelle, les deux groupes de théâtre pour handicapés de l'ETC ajoutent un total d'étudiants 30 provenant d'associations différentes -APROSDECO, ADISDE et TAPIS- regroupés sous le nom "Los in-visibles".


Depuis quand fais-tu partie du monde du théâtre?

Jeune fille, j'ai fait du théâtre dans ma ville (Bellreguard) et j'ai participé aux travaux que l'AMPA a réalisés pour les enfants de l'école. De plus, depuis les années 7, je pratique la danse et je me suis entraîné à Gandia, à Valence, à Barcelone et en France, notamment en danse contemporaine. À 2005, je suis rentré de Barcelone après les années 5 et j’ai atterri à Dénia. Depuis lors, ma connexion au théâtre s’est principalement passée par l’ETC.

Dites-nous comment vous avez commencé à donner des cours de théâtre aux personnes handicapées.

La première fois que j'ai donné des cours aux personnes handicapées, c'était à Gandia, dans la Fondation Espurna. Comme c'était une expérience extraordinaire, j'ai promu le Festival des arts de la scène et du handicap à Gandia et, un an plus tard, j'ai proposé à Mario Pássero de créer un groupe de théâtre pour personnes handicapées dans l'ETC. Nous avons commencé à 2006 et la vérité est que cela a très bien fonctionné ces dernières années, les étudiants sont très heureux et impliqués et chaque année, les groupes se sont développés.

A part le théâtre, as-tu fait et fais d'autres activités?

Oui, en plus de mon cursus artistique, j'ai un diplôme en sciences politiques et administration et un diplôme de troisième cycle en gestion culturelle. J'aime tout faire et la vérité est que cette diversité se reflète dans mon travail. En plus de l'Escola de Teatre, je travaille dans une entreprise en tant que technicien et je réalise des projets très divers en rapport avec des questions éducatives, sociales et culturelles.

Quelle est la contribution de l'activité pédagogique que vous développez dans l'ETC?

Cela me donne, en plus des maux de tête et un peu de souffrance, beaucoup de satisfaction car il est très excitant de voir comment les étudiants évoluent chaque année et sont capables de faire face à des situations inimaginables. J'ai beaucoup appris au cours de ces années, j'ai découvert des gens formidables et j'ai mis au point une méthode de travail qui convient à tout le monde. La vérité est que je suis heureux du travail que nous avons accompli jusqu'à présent, car il a toujours été basé sur le potentiel de tout le groupe, ce qui rend nos spectacles uniques, car nous créons à partir des handicaps et de la créativité de chacun. .

Comment le théâtre affecte-t-il vos étudiants?

Tout d’abord, je pense que pour mes étudiants, le seul fait de faire partie de la CTE est déjà une étape dans leur intégration, puisqu’il s’agit d’une activité «normalisée» à laquelle ils se sentent associés. Je crois aussi que pour mes étudiants et pour beaucoup d'autres personnes, le théâtre est une façon de faire de la thérapie qui vous fait grandir émotionnellement à bien des égards. En plus de cette partie thérapeutique, la partie de l’éducation artistique est également très importante car elle permet de développer l’imagination, d’augmenter l’autonomie et d’encourager son intégration.

Et comment les voyez-vous dans l'aspect social?

Je crois qu'ils continuent d'être invisibles mais que par leur volonté et l'aide de nombreux professionnels, ils s'engagent sur la voie de l'intégration. Le groupe de l'invisible tente de contribuer à cette lutte par le travail que nous faisons dans les classes et par le travail que nous faisons dans les classes et à travers les spectacles que nous créons avec l'intention de nous rendre visibles. Je pense que se montrer à la société à travers le théâtre est très important, car cela montre la capacité de créer un spectacle avec une qualité artistique à travers la diversité de nos compétences.

Dans l'évolution de l'école, quel serait ton rêve?

Qu'il n'y avait pas de groupe de théâtre pour personnes handicapées, qu'il y avait un groupe de personnes avec ou sans handicap qui souhaitaient travailler sur un projet commun. Ce serait magnifique!

Une réflexion sur le panorama théâtral de la ville.

Il y a beaucoup de gens et de groupes à Dénia qui contribuent à la promotion de la culture à travers leurs initiatives, mais je pense qu'une plus grande implication municipale serait nécessaire. Un pas a été franchi avec la création d'Artístics en tant qu'espace ouvert pour les associations culturelles locales, mais il vaudrait mieux continuer de miser encore plus sur le fait de faire de Dénia une référence culturelle régionale. En ce qui concerne le théâtre en particulier, je considère qu'il est essentiel de construire un théâtre avec un programme culturel complet et diversifié qui rapproche la culture des citoyens de Dénia.

Quels projets et souhaits as-tu pour le futur?

En ce qui concerne les souhaits, que mes étudiants continuent à lutter pour devenir visibles et pour être un exemple à suivre par d’autres personnes. En ce qui concerne les projets, je serais heureux de continuer à travailler sur des choses qui me plaisent.

Commentaire 1
  1. Marina Sanmartín dit:

    Bonjour Marina
    sols volia commente que hi a une erreur à la fin de la réponse qui renvoie à la question: qu'est-ce qui vous donne l'activité pédagogique que vous développez dans l'ETC? La correcte est ce qui crée les lunettes des capacités nostres et de la créativité créative.

    Gracie!


36.811
4.285
11.232
2.140