Dénia.com
Rechercher

Le pire quart du coronavirus: c'est ainsi que la troisième vague a évolué à Dénia et à la Marina Alta

10 de février de 2021 - 09: 57

Il est tôt pour revendiquer la victoire mais il semble que la troisième vague du coronavirus commence à s'atténuer dans notre département. Nous avons réussi à sauver Noël, mais il est indéniable qu'il a fallu payer un lourd tribut. En outre, elle a entraîné une intensification des restrictions afin d’alléger la situation critique des centres de santé de la Communauté valencienne, dont l’occupation a considérablement augmenté au cours du mois dernier.

La troisième vague est causée non seulement par Noël, mais aussi par le pont de décembre, où tout a commencé à devenir incontrôlable dans la Marina Alta. Pourtant, depuis lors, nous n'avons pas atteint une incidence comme celle dont nous avons bénéficié avant ledit pont.

Sans repos, ces contagions se chevauchaient avec celles de Noël, déjà dévastatrices pour notre situation. Dans la Marina Alta, une quinzaine de jours après le réveillon du Nouvel An et les Trois Rois, le coronavirus a atteint son plus haut sommet depuis le début de la pandémie. Dans la mise à jour du 19 janvier, 807 nouvelles infections ont été enregistrées, un chiffre plus qu'alarmant.

Dans le cas de Dénia, l'évolution est quasiment tracée, à la différence que le pic d'infections a été atteint une semaine auparavant. Le 12 janvier, il a battu son record d'infections, ajoutant 238 nouveaux cas. Or, il est vrai que le chiffre s'est presque répété lorsque le département a atteint son pire moment, puisque le 19 janvier il en a ajouté 229, soit une douzaine de moins.

Dans la dernière mise à jour publiée ce mardi, il a été notifié que Dénia avait ajouté 90 nouveaux cas, le chiffre le plus bas depuis le 22 décembre. Tout indique que c'est une indication que la troisième vague touche à sa fin, bien que tout dépende du comportement de chacun. Les débats tournent déjà autour de sauver Pâques, vivant encore les conséquences du genre de Noël vécu. Cela vaudra-t-il la peine de saturer à nouveau les hôpitaux et de fermer les entreprises un autre mois pour une semaine d'inhibition?

Laisser un commentaire

    36.632
    4.278
    10.968
    2.120